Évolution

Les concessions forestières certifiées ont connu des évolutions majeures dans le Bassin du Congo ces vingt dernières années. Elles ont apporté des contributions indéniables à une gestion durable des massifs forestiers et ont permis de pallier les capacités de gestion limitées des Etats dans certaines régions les plus isolées, là où, précisément, elles opèrent. Elles ont aussi inscrit dans la durée la filière bois et augmenté sa contribution aux économies et au développement local.

Renvoi carte OFAC de Jo dans la médiathèque

Sensibilisés par les campagnes d’information et les grands débats internationaux, les distributeurs (et dans une moindre mesure, les consommateurs) ainsi que certains Etats importateurs (pour leurs achats publics) se soucient désormais de l’origine des bois qu’ils achètent et des conditions dans lesquelles ce bois a été produit.

Pour s’assurer que les producteurs adhèrent à une démarche de gestion légale et durable, des systèmes indépendants de certification de bonne gestion forestière et de légalité ont été mis en place. En raison des inquiétudes sur la bonne gouvernance des Etats, la certification garantit également la bonne mise en œuvre des plans d’aménagement validés ainsi que le respect des lois et réglementations.

Deux types de certification existent 

Les certifications d’origine légale des bois

  • OLB (Origine et légalité des bois) par Bureau Veritas
  • VLO/VLC (Verification of Legal Origin/Compliance) de Rainforest Alliance.

Le bureau SGS a mis fin à son programme TLTV (Timber Legality & Traceability Verification) dont le dernier certificat en Afrique Centrale a expiré fin 2015.

Les certifications de gestion durable

FSC : FSC est la seule certification opérationnelle sur l’Afrique Centrale à ce jour. Après une forte évolution des superficies certifiées FSC entre 2005 à 2013, qui a pu donner une avance significative à l’Afrique Centrale par rapport au bassin amazonien, les superficies certifiées stagnent depuis quelques années. Le référentiel PAFC est en cours de développement en Afrique, en reconnaissant des schémas nationaux de certification.