Démarrage du Projet d’Appui au Développement de la Formation Continue dans la Filière Forêt-Bois en Afrique Centrale (ADEFAC)

20.05.2020
Formation

Après la signature de la Convention de financement CZZ2499 entre l’AFD et le RIFFEAC le 03 février 2020, la signature d’une convention de délégation de maîtrise d’ouvrage enter le RIFFEAC et l’ATIBT le 23 avril 2020, et le recrutement de l’Equipe Technique d’Exécution (EET) en mars 2020, le projet ADEFAC a effectivement démarré le 1er avril 2020.

La finalité du projet est de contribuer à la gestion durable des forêts du bassin du Congo, via le développement d’une offre de formation continue pour la filière forêt-bois (amont et aval) dans les pays d’Afrique centrale.

Quatre pays sont prioritairement bénéficiaires du projet ADEFAC : Le Cameroun, le Congo, le Gabon et la RDC.

En raison de la pandémie COVID-19, les activités de démarrage se réalisent d’avril à juin 2020 par télétravail. Il s’agit pour l’EET d’élaborer, faire valider et rendre opérationnel l’ensemble des documents de gestion du projet.

A l’issue de cette phase de démarrage de 3 mois, l’EET approchera dans chaque pays cible le secteur privé, les administrations et les institutions de formation pour :

  • Expliquer les objectifs du projet ADEFAC ;
  • Expliquer comment chaque partie prenante peut participer dans le projet et échanger sur les besoins des parties prenantes ;
  • Echanger pour assurer une meilleure intégration du projet dans les programmes de renforcement des capacités des acteurs privés de la filière forêt-bois qui sont déjà en cours dans les pays cibles.

A cause du virus COVID19, ces échanges auront d’abord lieu à travers des entretiens téléphonique et visioconférence, et si possible des rencontres physiques individuels. Nous espérons pouvoir organiser des ateliers nationaux de présentation du projet dans le dernier trimestre de l’année, ou le premier trimestre 2021. Le projet ADEFAC, financé par l’AFD a une durée de cinq ans, qui permet de pouvoir contribuer à l’amélioration durable de l’adéquation entre l’offre et la demande de formation, ainsi qu’au renforcement des capacités du secteur privé et des institutions de formation pour gérer et fournir des formations de haute qualité.